Pour ou contre l'open innovation ?

Que faire pour rester dans la course ? Favoriser l' innovation bien sur et les grandes entreprises l'ont bien compris!

Rester dans la course ? innovation ? ouverture ? Je vais vous éclaircir sur le sujet. Je parle ici de l'open innovation, qu'on appelle également innovation ouverte ou innovation partagée. Dans la même idée que les freelances ou encore les espaces de coworking, l'open innovation a changé l'écosystème dans lequel nous vivons. Ce concept a changé la manière de faire, et la manière d'innover. Pour faire simple, le concept de l'open innovation est de permettre à l'entreprise d'ouvrir ses portes aux idées extérieures. Mais comment capter l'innovation en dehors de l'entreprise ? Eh bien, l'entreprise challenge les structures extérieures -partenaires, startups, écoles, designers, expert- à développer une idée innovante ou aider à résoudre un problème avec une solution innovante pour leur produit et/ou service. Nous avons là une nouvelle manière de profiter de l'intelligence collective. Il y aurait donc plus d'intelligences à l'extérieur qu'à l'intérieur des murs... ou dirons nous plutôt, que l'union fait la force. La R&D pourrait alors laisser place à l'open innovation. Faisons donc place à cette nouvelle manière de créer et de penser afin d'améliorer ou encore valoriser le travail effectué en interne. Ce concept se trouve être très utile à l'amont du processus d'innovation. En effet, il permet d'écarter de suite les pistes de recherches et de développements qui ne seront au final, pas concluant. C'est une économie de temps et d'argent à ne pas négliger.

On se demande alors, faut-il partager ou protéger les innovations ?

C'est une question que se pose également les entreprises car il y a quelques temps, discrétion était gage de succès et aujourd'hui innovation rime avec amélioration permanente. L'innovation est un élément essentiel pour se différencier et devenir leader de son secteur. Ainsi, pour rester dans la compétitivité, les entreprises innovent sans cesse. L'entreprise doit donc jongler entre discrétion et ouverture. Donc oui, l'ouverture pour aller chercher l'innovation en dehors des limites habituelles, mais ne pas s'éparpiller et aller dans tous les sens. Il faut cibler ceux qui seront le plus apte a trouver la solution adaptée afin d'atteindre l'objectif souhaité. Cette quête permanente et collective de l'amélioration se veut équitable pour les deux parties. Cela permet, aux entreprises, de développer le flux de connaissances et d'idées durant le processus d'innovation entre l'entreprise, les collaborateurs (intervenants internes) ainsi que les partenaires (intervenants externes). C'est donc un bon moyen de s'enrichir, s'approvisionner en en idées et de renouveler ses effectifs. Puis, cela permet aux structures extérieures de s'agrandir et d'accroître leur visibilité. À vous de voir si l'on peut déterminer cela comme un travail collectif ou plutôt, collaboratif. Un concept pas approuvé de tous Ce concept n'a pas été adopté par tous. Il y a quelques points qui posent problèmes à certaines entreprises et se trouve être une barrière. Tout d'abord, toutes les actions qui ne sont pas communs aux actions habituelle est un risque à prendre, appelé aussi risk averse. Il y a ici un choix de rester dans sa zone de confort et ne pas prendre de risque en s'aventurant sur un concept qu'il ne connaisse ou maîtrise pas. Mais il y a également le fait que cela ne sera pas inventé par eux, que cela proviendra d'en dehors de leur structure et cela bloque l'ouverture d'esprit des entreprises. Enfin, nous retrouvons aussi un blocage lié au fait que ce concept vient déstabiliser leur système qui est ce système de fragmentation des tâches élémentaires. C'est effectivement un changement radical concernant la gestion de projet. Alors, êtes-vous pour ou contre l'open innovation ? Partagez votre opinion ou venez en discuter avec nous ! A très vite chez Cool&Workers ... pour y travailler, naturellement !